Du 5 au 16 juin dernier, 5 participantes ont relevé le défi du trek du Lares en haute altitude au Pérou. Nadia Loignon, Louise Giasson, Josée Ricard, Noémie Lespérance-Hudon et Denise Poirier ont pu expérimenter toute la diversité et la grandeur des grands espaces péruviens au travers de 11 jours de paysages à couper le souffle, de randonnées, de visites et de découvertes du patrimoine culturel et culinaire !

Le défi financier

Comme il s’agit d’un voyage caritatif au profit d’IRIS Mundial, le défi des participantes a commencé bien avant le 5 juin dernier. En effet, en plus de payer les frais du voyage, elles ont travaillé avec ardeur et sans relâche de juillet 2017 à juin 2018 pour amasser chacune un minimum de 4500$ à remettre en don à l’organisation : commandites, dons de compagnie, sollicitations de leur réseau personnel, dons en ligne, activités de financement, etc. L’argent amassé contribuera à soutenir la mission d’IRIS Mundial pour améliorer la santé visuelle des populations vulnérables dans les pays en voie de développement! Ainsi, de nombreuses personnes pourront bénéficier d’un meilleur accès à des services ophtalmologiques préventifs et curatifs de qualité, ce qui leur permettra d’améliorer leurs conditions d’existence.

L’itinéraire et les activités réalisées

Le voyage a été organisé par l’agence de voyages Terres d’Aventures qui a créé un itinéraire spécifique et personnalisé pour IRIS Mundial. De plus, tout au long de l’aventure, les participantes ont bénéficié de la présence d’un guide québécois de l’agence de même qu’un guide péruvien francophone, qui, aux dires des participantes, était sympathique, calme, très cultivé et qui avait un excellent sens de l’humour!

Jours d’acclimatation à l’altitude

Les premières journées du voyage ont servi à visiter les lieux tout en permettant aux participantes de s’acclimater à la haute altitude et ses effets. Ainsi, elles ont été à la découverte de la ville de Cusco dans un dédale de rues étroites et de maisons coloniales aux fondations incas. Elles ont assisté à un spectacle de musique traditionnelle en plus de visiter la vallée sacrée et le vertigineux site inca de Pisaq à 3400 mètres d’altitude. Finalement, durant cette partie du séjour, elles se sont aussi baladées dans le marché traditionnel de Pisaq et ont pu apprécier les salines de Maras qui offrent un spectacle magique en abritant des centaines de bassins de sel suspendus en terrasses sur les flancs de la montagne.

Le trek

Après avoir installé l’ensemble des bagages et de la nourriture pour le séjour sur les lamas, l’équipe a marché durant près de 7h dans la vallée de Lares jusqu’à un petit village dominant la vallée, à une hauteur de 3300 mètres d’altitude, qui se nomme Rosa Pata. Elles ont finalement rencontré la petite famille qui les a accueillies et hébergées pour la nuit, comme ça a d’ailleurs été le cas pour toutes les nuits durant le trek.

Lors de la 2e journée, après avoir entamé le trek d’une durée de 7h, l’équipe a dû rebrousser chemin en raison de la très mauvaise température plutôt exceptionnelle à cette période de l’année : la neige, la pluie diluvienne, la grêle et les nuages à la hauteur du sol. Par contre, dès le lendemain, les participantes étaient déterminées à faire l’ascension du col Cuypa à plus de 4550 mètres d’altitude prévue la veille, et sont donc parties plus tôt pour l’inclure à l’horaire. Elles ont entamé ensuite l’itinéraire de la 3e journée de trek et ont descendu en direction de la vallée de Patacancha. La journée s’est terminée à la noirceur avec des lampes frontales durant plus de 1h30 pour arriver chez les habitants qui les attendait pour la nuit, en raison du retard occasionné en matinée avec l’ascension du col.

La 4e journée du trek, elles ont marché durant près de 6h en passant par le fameux site Pumamarca, antique village inca composé de magnifiques terrasses, avant de se rendre jusqu’à la destination finale, soit Ollantaytambo, un autre village inca du XVe siècle quasiment inchangé depuis sa création.

 

 

« Ça m’a fait réaliser que nous sommes choyés comparativement aux Péruviens qui doivent marcher des heures pour subvenir à leurs besoins. Malgré tout, c’est un peuple fier et toujours heureux d’accueillir les touristes… et leur nourriture est excellente » nous témoignait Mme Denise Poirier.

Visite du Machu Picchu et Ascension du Huayna Picchu

Après le trek, les participantes ont pris le train jusqu’à Aguas Caliente dans le but d’aller visiter l’une des sept merveilles du monde, soit le Machu Picchu, un bijou architectural inca implanté au milieu d’une végétation tropicale abondante. Il s’agit d’une citadelle très bien conservée où l’on peut visiter différents quartiers, places, maisons royales, grandes zones agricoles, et observatoires. Par la suite, elles ont réalisé l’ascension du Huayna Picchu, la montagne vertigineuse qu’il est possible d’observer à l’arrière du site sur la photo ci-dessous. Ce trek est rempli de défi, car il y a certains pa ssages sur le chemin où il faut pratiquement faire de l’escalade. Par contre, la vue en haut de la montagne en vaut réellement la peine!

L’expérience vécue par les participantes

Selon Mme Louise Giasson, cette aventure a été à la hauteur de ses espérances et même encore plus, car le trek du Lares est un parcours isolé de l’ensemble des touristes et a donné place à de nombreux échanges interculturels, ce qui a permis une réelle immersion dans la culture locale. Celle-ci nous a raconté : « Ce que nous avons vécu est une expérience singulière, un réel dépassement de soi! Et nous n’avons pas eu le choix de mettre en place des plans A, B, C et même D pour que le tout fonctionne ». Elle faisait surtout référence à la 2e journée du trek, alors qu’elles ont dû trouver le moyen avec les guides de se rendre à la deuxième destination, passant du transport en camion de bétail au taxi qui s’est enlisé dans la boue et qu’elles ont dû pousser. Son moment de grâce a été lorsqu’elle a joué le rôle de bergère, à marcher seule tout en guidant les lamas qui transportaient les bagages. « Je me suis sentie comme poussière dans l’univers dans l’étendue si vaste des paysages. » nous disait-elle. Son mal des hauteurs, qui lui a causé plusieurs ennuis, ne l’a pas empêché d’adorer amplement son expérience! Noémie Lespérance-Hudon, de son côté, a trouvé le voyage gratifiant et très enrichissant, peu importe les imprévus ayant changé le plan initial. L’expérience a été selon elle un défi en soi, tant physique que psychologique, pour se motiver à continuer d’avancer, et ce malgré les effets de la haute altitude. « Le sentiment d`accomplissement à l’arrivée de chaque destination en valait le coup! De plus, la dynamique de groupe était très bien et une belle chimie régnait au sein de l’équipe, ce qui a été très agréable! » nous a-t-elle raconté.

Bref, c’est avec un sentiment de fierté et des souvenirs plein la tête que nos 5 aventureuses ont remis les pieds au Québec le 16 juin dernier. Elles peuvent maintenant se dire : mission accomplie et défi relevé! IRIS Mundial les remercie énormément pour leur contribution à l’organisation grâce à ce voyage caritatif, qui aidera des milliers de personnes à mieux voir le monde!

Cet article est aussi disponible en: Anglais