Document de référence du projet

Dans ce document, nous retrouvons la mise en contexte du projet, les besoins en santé visuelle dans les communautés éloignées, une description du projet, le rôle des parties prenantes ainsi que les communautés visées.

Comme l’accès aux soins visuels est plus difficile pour certaines classes sociales au Canada, IRIS Mundial a émis le désir d’être plus inclusif et de mettre en œuvre de nouvelles activités afin d’améliorer l’accès aux soins visuels à des personnes dans le besoin ici dans notre pays, en l’occurrence les communautés Premières Nations, les personnes en situation d’itinérance et les immigrants sans papier.

Suite à des recherches mettant en lumière les besoins accrus en soins visuels dans certaines communautés autochtones éloignées, IRIS Mundial a décidé d’orienter ses premières interventions au pays auprès de ces derniers. En effet, dans ces communautés, il y a souvent peu de structure établie pour faciliter la mise en contact avec les professionnels de la vision désirant s’y impliquer. IRIS Mundial possède par ailleurs un grand bassin de professionnels de la vision et de la santé, dont plusieurs ont déjà mentionné un fort intérêt à s’impliquer auprès des Premières Nations. Comme la plupart des bénévoles intéressés ne connaissent toutefois pas le processus pour offrir leurs services et ne possèdent pas les équipements mobiles nécessaires, IRIS Mundial est tout indiqué pour jouer un rôle de coordination à ce niveau. 

C’est dans cette optique que l’organisation a commencé à élaborer et définir un projet auprès des Premières Nations en collaboration avec IRIS, Le Groupe Visuel (IGV), Groupe Vision Newlook (GVN), l’école d’Optométrie de l’Université de Montréal (ÉOUM) ainsi que la Commission de la Santé et des Services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL). Il va sans dire que ce nouveau secteur d’activités est envisagé sur du long terme.

L’objectif de ce premier projet est de développer une offre de service hybride de soins visuels, en présentiel et à distance via la télépratique, dans les communautés autochtones éloignées du Québec d’abord. Nous souhaitons rendre cette offre de service disponible en continu le plus possible et accessible financièrement pour les patients grâce aux programmes gouvernementaux disponibles pour les Premières Nations. En effet, les professionnels de la vision, que l’on nomme « fournisseurs de services » et non « bénévoles » dans ce nouveau contexte, pourront se rendre sur place pour des séjours d’une à deux semaines en plus d’offrir des suivis à distance, selon leur intérêt. L’horizon fixé pour débuter les activités est le printemps 2023.

Les opticiens, optométristes, ophtalmologiste et assistants-optométriques de toutes les bannières, intéressés à en savoir davantage et à s’impliquer, peuvent donc nous contacter au irismundial-info@iris.ca ou encore remplir le sondage d’intérêt ici pour nous fournir leurs coordonnées et disponibilités potentielles.